Préma-Québec, né de cœur et de passion

C’est par un magnifique matin ensoleillé mais frisquet que nous avons rencontré Ginette Mantha, directrice générale de Préma-Québec, à ses bureaux du Vieux-Longueuil pour qu’elle nous raconte l’histoire de la naissance de son organisme.

Fondé en 2003, Préma-Québec n’est pas né du fruit du hasard. En effet, c’est après avoir vécu les bouleversements de deux accouchements prématurés que Ginette Mantha décide de fonder l’organisme.

”Après mon premier accouchement prématuré, je suis revenue à la maison les bras vides et le ventre vide, raconte Mme Mantha. Lorsque mon deuxième enfant est né à seulement 31 semaines et qu’il a été transféré d’urgence de Rouyn-Noranda à l’hôpital Sainte-Justine, je m’attendais au pire. Nous avons pris la route en voiture jusqu’à Montréal, avec la rage au cœur de ne pas pouvoir accompagner notre nouveau-né dans l’avion. C’est à ce moment que j’ai décidé d’aider les parents de bébés prématurés et de devenir leur voix”, affirme-t-elle avec passion.

Chose promise, chose faite, Ginette Mantha entame sa démarche comme bénévole à l’unité de néonatalogie de l’hôpital de Rouyn-Noranda. C’est ensuite avec l’appui du Dr Vincelette et de l’infirmière en chef Mme Alarie qu’elle prend de l’expérience en milieu hospitalier pendant quelques années.

La naissance de Préma-Québec

En 2001, Ginette Mantha déménage à Montréal. C’est là qu’elle décide de fonder Préma-Québec.

Elle frappe à la porte de plusieurs organismes pour savoir comment obtenir des subventions et se fait inviter à un congrès de spécialistes en médecine néonatale pour obtenir leur soutien.

Le but premier de l’organisme est d’aider et de soutenir les parents dans cette épreuve ou, comme elle l’appelle, dans cet ”accident sur l’autoroute de la vie”. Les chances de survie d’un bébé prématuré sont nettement plus élevées lorsqu’il est près de son parent. ”Mais les parents doivent pouvoir se reposer, sinon il n’y a plus d’équilibre et de cohérence. De plus, nous devons aussi accompagner les parents qui perdent un bébé”, souligne Mme Mantha.

Préma-Québec offre des formations aux professionnels de la santé. Il organise aussi des activités pour sensibiliser la population sue la prématurité.  L’organisme intervient dans six unités de néonatalogie à Montréal, Québec et Sherbrooke.

 Comme Ginette Mantha le mentionne, ”c’est une grande organisation, et je peux compter sur une belle équipe. Nous recevons beaucoup d’aide”. Ginette souhaite souligner particulièrement  l’engagement exceptionnel de toutes les personnes qui participent, de près ou de loin, au succès de l’organisme.

Des mini superhéros

Préma-Québec veut d’abord et avant tout ”donner un statut d’humain aux bébés prématurés. Ces bébés sont de mini superhéros”, selon Mme Mantha. C’est pourquoi elle a fait faire de minuscules capes de superhéros qui sont distribuées dans les unités de néonatalogie partout au Québec.

Environ 8% des bébés arrivent plus tôt que prévu chaque année dans la province!  Préma-Québec est là pour aider et accompagner les parents dans cette épreuve difficile. Comme le dit si bien le proverbe : il faut tout un village pour soutenir un parent, et c’est encore plus le cas pour les parents d’un enfant prématuré.PRÉMA-QUÉBEC EN BREF

L’organisme Préma-Québec intervient auprès des parents sur divers plans :

Il facilite le dialogue entre les parents et l’équipe soignante.

Il donne de l’information aux parents de bébés prématurés sur le séjour à l’hôpital, l’allaitement, les pathologies, le suivi, etc.

Il offre une aide financière aux parents pour leur permettre de demeurer au chevet de leur bébé.

Il organise des cafés-causeries pour favoriser l’échange entre les parents d’enfants prématurés.

Il soutient les parents par l’intermédiaire d’une ligne d’écoute.

Il accompagne les parents en cas de deuil.

Article par : Nathalie Gendron     Proto par : Marie-Ève Photo