Nouvelles

Agir au quotidien pour changer les choses Des choix écolos et socialement équitables…

Les groupes écologistes, environnementalistes et défenseurs des conditions des travailleurs dans les pays en voie de développement sont unanimes à croire que chaque individu peut changer les choses en posant de petits gestes au quoti­dien. Bon nombre de citoyens adhèrent à ce principe et n’hésitent plus à intégrer des mesures simples dans leur vie de tous les jours pour ainsi contribuer au mieux-être de l’humanité.

Le mouvement responsable gagne du terrain, n’en déplaise à ceux qui doutent encore que des gestes simples, posés individuellement, peuvent améliorer les conditions de vie à l’échelle de la planète. Bien des consommateurs estiment aujourd’hui qu’ils ont le réel pouvoir d’agir. Comment ? Simplement en faisant des choix responsables, à la fois écologiques et socialement équitables.

Pour le citoyen, entreprendre un tel virage implique non seulement de changer ses habitudes de consommation, mais avant tout de réfléchir à la légitimité de ces changements. Pourquoi accepter de payer plus cher pour du café équitable ou des légumes biologiques plutôt que de profiter des derniers rabais annoncés dans les circulaires ? À quoi bon faire du compostage lorsqu’on ne jardine pas ? Pourquoi s’entêter à chercher des produits locaux ? Il n’est pas impossible que ces choix suscitent des questions dans l’entourage immédiat, d’où l’importance d’être bien informé pour être en mesure de fournir des explications claires en temps voulu.

Par où commencer ?

Consommer de façon responsable, tel que défini par l’organisme Équiterre, c’est d’abord réduire sa consommation. C’est aussi pri­vilé­gier des produits et services à forte valeur environnementale (recyclés, recyclables, revalorisés, biologiques, éco-énergétiques) et à forte valeur sociale (équitables, fabriqués ou cultivés localement, produits dans le respect des travailleurs).

Par où commencer ? D’abord, en passant au peigne fin ses habitudes de consommation. Mieux vaut commencer lentement, mais sûrement, en y allant un geste à la fois. Dans cette optique, Équiterre a mis sur pied la campagne Changer le monde, un geste à la fois et propose des actions à réaliser individuellement pour ainsi aiguiser sa conscience écologique.

Des gestes écolos

Moins de déchets : on peut réduire sa production de déchets en apportant des sacs réutilisables pour faire ses emplettes, en choisissant les produits les moins emballés possible, en réutilisant, en recyclant et en compostant. Les Québécois comptent parmi les plus grands producteurs de déchets au monde avec une tonne et demie par personne chaque année. Or, avec une tonne de plastique recyclé, on économiserait entre 600 kg et 800 kg de pétrole brut. En compostant, on éviterait l’émission d’une importante quantité de méthane, un gaz à effet de serre 20 fois plus puissant que le dioxyde de carbone.

Se déplacer autrement : opter pour le vélo, la marche, le train, l’autobus, le métro ou le covoiturage plutôt que d’utiliser une voiture en solo contribue à l’amélioration de la qualité de l’air et à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Dans les grandes villes, un autobus remplace une cinquantaine de voitures sur les routes. Et n’oublions pas qu’une demi-heure de vélo ou de marche par jour réduit de 50 % les risques de maladies cardio-vasculaires.

Des aliments locaux et écologiques : on consomme des aliments qui ont été produits dans le respect de l’environnement en s’approvisionnant de produits locaux et écologiques. En moyenne, un aliment parcourt entre 2 600 km et 4 000 km du champ à la table. Près du tiers des camions qui sillonnent les routes contiennent des aliments. Un fruit importé nécessite pour son transport 10 à 20 fois plus de pétrole que le même fruit produit et consommé localement.

Chauffer efficacement : pour réduire sa consommation d’énergie, on abaisse la température de trois degrés en quittant son domicile et pendant la nuit. Pour chaque degré au-dessus de 20 °C par période de 24 heures, on consomme 5 % d’énergie de plus en chauffage. À l’inverse, une baisse de 3 °C pendant huit heures la nuit peut permettre des économies allant jusqu’à 6 % en frais de chauffage.

Économiser l’énergie : on choisit des appareils ménagers portant la mention Energy Star et des ampoules fluocompactes, moins énergivores. Si chaque ménage québécois remplaçait ses ampoules électriques à incandescence classique par des ampoules fluocompactes, on pourrait, avec l’énergie économisée, alimenter en électricité résidentielle la ville de Sherbrooke pendant un an.

Économiser l’eau : on réduit sa consommation en installant une pomme de douche à débit réduit et des aérateurs de robinet, en prenant une douche au lieu d’un bain, en fermant le robinet lors du brossage des dents et en utilisant une toilette à débit réduit. Chaque Canadien consomme en moyenne environ 335 litres d’eau par jour, c’est-à-dire deux fois plus que les Européens. Cette consommation équivaut à environ trois baignoires par jour.

Des choix verts et durables pour la maison : lors de la rénovation ou de la construction d’une habitation, on utilise des matériaux existants, locaux ou faits de matières recyclées et on en optimise la performance énergétique en améliorant l’isolation et l’étanchéité.

Jardiner écolo : choisir des plantes indigènes pour ses aménagements paysagers, récupérer l’eau de pluie et éviter l’utilisation d’engrais ou de pesticides néfastes pour la santé et l’environnement sont autant de moyens de jardiner écolo. Selon Environnement Canada, la consommation d’eau augmente de 50 % en été, principalement à cause des activités de jardinage.

(La suite dans l’Actuelle magazine des CFQ du volume 18 numéro 4)